Créer un site internet

La visite de l'eglise

L’ EGLISE SAINT-CLAUDE de SIGONCE

Les extérieurs

 

 

 

Sigonceeg1c

 

 

 

Au sud du village l’église Saint Claude de Sigonce est orientée Ouest-Est.

Erigée sur les ruines d’un édifice romain dès le 12ème puis entre le 14ème et le 16ème siècle, sa construction de style roman, massive, flanquée de contreforts imposants lui donne l’allure d’un prieuré de campagne.

Elle est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques depuis mars 1967.

 

Côté Est : l’abside – en cul de four - typique de l’art roman est la plus ancienne de l’église.

 

Côté Sud :

 

Le clocher a été restauré en 1987- La croix arrachée par un grand vent a été refaite et bénie en juin en 2004 par l’Evêque Monseigneur Loizeau

On peut apercevoir les deux cloches :

  • la plus grosse : (1894) Josephino, Ougenio Blanc ( es mu meirino)

  • la plus petite (1845) Alberic Petit (es moun peirin)

Les fenêtres coté sud – ogivales (gothiques) – sont toutes différentes.

 

Le porche Sud présente des lignes sobres et pures et s’il constituait à l’origine l’entrée principale de l’église, il a été condamné il y a fort longtemps. Au dessus du porche, une fenêtre ogivale dont le remblage à deux lancettes est surmonté d’un oculus quadrilobe.

 

Côté Ouest :

⌂ Le porche d’entrée actuel avec son portail en bois (don anonyme) date de 1890. Il a été refait il y a une cinquantaine d’années…

⌂ Au dessus de l’entrée, on aperçoit un oculus; il est en forme de rosace de type "svastika" (Malte).

Sur le parvis de l’église, la colonne surmontée d’une croix marque l’emplacement de l’ancien cimetière (jusque vers 1844)

Derrière les arbres, vers l’est, il y avait un bassin de retenue (« l’écluse ») qui alimentait en eau le moulin en contre bas sur lequel on remarquera l’enseigne datant de 1888 (restaurée).

 

Côté Nord :

 

⌂ Cette face ne possède qu’une seule fenêtre - en ogive - dont le vitrail signé (1879) Louis et Pascal André (maîtres et peintres-verriers d’Aix en Provence) a été refait il y a une vingtaine d’années par Almont Monnetier, maître verrier à Gap.

La toiture de l’église est exceptionnelle et unique en son genre de par le matériel utilisé, la lauze (pierres plates) et de par son architecture : la pente est contrariée par l’éminence des trois travées et des chapelles latérales qui forment des noues (ligne de rencontre de deux pans de toiture formant un angle rentrant) et confèrent à la toiture le qualificatif de polylobée, constituant ainsi « une ondulation de pierres déployée sur l’ensemble du bâtiment »

Sigonceeg1d

⌂ La face sud de la toiture a été refaite en 2014 par Jean Vernhet et son équipe, maître couvreur en Lozère et spécialiste en lauzes.

 

 

 

Vues intérieures

 

 

Sigonceeg 77 r

 

En entrant, on est surpris par la hauteur et les volumes de l’église et son aspect résolument gothique. La nef flanquée d’un seul bas-côté gauche est bordée d’énormes piliers et colonnes dont les nervures - sans chapiteau - se déploient en voutes pour terminer en croisées d’ogives.

 

 

Visite de gauche, centre et droite

 

Côté gauche :

 

⌂ En franchissant la porte on voit une vasque en pierre sur amphore, c’est le bénitier ; puis les fonds baptismaux surmontés d’un tableau représentant le baptême de Jésus attribué à Joseph Aubanel de Pierrerue datant des années 1850.

⌂ Dans la petite niche le buste reliquaire de Saint Claude en Evêque, protecteur de notre paroisse (609-699).

⌂ Une plaque commémorative aux morts de la guerre de 14-18. précède l’autel Jeanne d’Arc.

⌂ Puis un vitrail illustre l’enfant Jésus et Joseph (1870).

⌂ Le reliquaire Ste Prospère, pièce précieuse du 18èmè récemment restaurée siècle a été placée en lieu sûr…

⌂ L’autel Saint Joseph porte une statue de Saint Joseph au-dessus duquel un tableau du 17èmè siècle provenant du Château de Bel Air, représente la Sainte Famille.

 

Au centre :

 

⌂ Le chœur est encadré par deux statues : à droite une statue de la Vierge et à gauche celle de Saint Claude. Au fond, le clocheton en marbre blanc de style néo-gothique est plus récent (vers 1865) et a été consacré le 21 décembre 1913 ; il se dresse devant un immense tableau à l’italienne représentant l’Assomption (15 août).

Sur le mur, à droite, on distingue les restes de peintures murales antérieures (fresques) qui depuis ont été recouvertes.

⌂ A droite, le magnifique vitrail de Saint Claude - en moine et en Evêque – a été restauré en 2010 par l’Atelier Ollivier, maître verrier à Forcalquier. Il aurait été créé en 1888 par les mêmes Louis ou Pascal André car on en retrouve l’identique – signé - à Vauvenargues.

 

 

Eglisevsaintclaude

 

⌂ Au dessous du vitrail se dresse un siège d’officiant en bois sur lequel on aperçoit un pélican se transperçant le cœur pour nourrir ses petits (marque souvent attribué à l’ordre des Rose-Croix ?). Restauré en 2010, il est signé Jean Joseph Petit –menuisier - et date de 1835.

 

A droite du choeur :

 

⌂ L’autel de la vierge est orné d’une vierge en bois plâtré du 18ème trouvée dans la sacristie et qui remplace une vierge en bois polychrome volée par effraction en février 1984 ; cette vierge -miraculeuse – provenait de la Chapelle aujourd’hui désaffectée de Notre Dame de Bon Remède.

⌂ La chaire - en bois - a perdu son dôme (abat-voix) et n’est pas accessible.

⌂ L’harmonium du 18èmè est une pièce rare.

⌂ La porte sud – autrefois utilisée comme entrée principale – est bordée de part et d’autre d’une litre funèbre.

 

Au fond :

 

⌂ Au dessus de la porte d’entrée, l’oculus paraît excentré en raison sans doute du rajout de l’unique bas côté gauche.

 

 

Occulus

 

⌂ La cloche en verre près de l’entrée abrite l’ancien mécanisme artisanal - datant de 1800 - de l’horloge du village qui avait été racheté d’occasion en 1882 à la commune de Reillanne.

 

⌂ Des personnalités, des notables, des prêtres ont été inhumés dans l’église et notamment plusieurs membres de la famille Valavoire dont Joseph (1708) et Lambert (1723) ; le prêtre de Bel-Air Pierre Leau (5.11.1709) ou encore Marguerite de Forbin Janson (25.8.1720) , la dernière à être enterrée dans l’église. En 1784, la comtesse de Valavoire, sœur du Seigneur, a été ensevelie dans le cimetière attenant de la paroisse.

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire